Everything depends on what will happen in Algeria and Sudan

by Gilbert Achcar

Gilbert AchcarAn Interview with Gilbert Achcar, originally published on April 22, 2019 in the Moroccan publication Tel quell.

In Algeria and Sudan, the army has become an arbiter in the ongoing revolutions. For what reasons?

These are military institutions which everyone knows are the real backbone of the regime in countries like Algeria, Sudan or Egypt. Seeing the extent of popular discontent, they decided to act in a conservative coup, sacrificing the head of the regime to preserve the rest. We saw this with Hosni Mubarak in Egypt, and we are witnessing the same thing with Abdelaziz Bouteflika and Omar al-Bashir. In all three countries, the army is at the heart of the regime. They get rid of a president who has become more an embarrassment than a benefit in order to preserve the regime.

The Martyrdom of Julian Assange

By Chris Hedges*

2019 04 12 01 Julian AssangeThe arrest Thursday of Julian Assange eviscerates all pretense of the rule of law and the rights of a free press. The illegalities, embraced by the Ecuadorian, British and U.S. governments, in the seizure of Assange are ominous. They presage a world where the internal workings, abuses, corruption, lies and crimes, especially war crimes, carried out by corporate states and the global ruling elite will be masked from the public. They presage a world where those with the courage and integrity to expose the misuse of power will be hunted down, tortured, subjected to sham trials and given lifetime prison terms in solitary confinement. They presage an Orwellian dystopia where news is replaced with propaganda, trivia and entertainment. The arrest of Assange, I fear, marks the official beginning of the corporate totalitarianism that will define our lives.

Rwanda: A look back at the 1994 genocide

by Eric Toussaint

2019 04 07 01 rwanda 500 francsStarting on 7 April 1994, in less than three months, nearly one million Rwandans – the exact figure has not yet been determined - were exterminated because they were (or supposed to be) Tutsis. Tens of thousands of moderate Hutus were also slaughtered. This was indeed a genocide, that is, the deliberate destruction of an entire community through mass murder in the aim of preventing their biological and social reproduction.

In this context, it is crucial to investigate the role played by international financial institutions. Everything we know leads us to believe that the policies imposed by these institutions, the main financial backers of General Juvénal Habyarimana’s dictatorial regime accelerated the process resulting in the genocide. In general, the negative impact of these policies is not taken into consideration to explain the tragic unfolding of the Rwandan crisis. Only a few authors highlight the responsibilities of the Bretton Woods institutions [1], which have rejected any kind of responsibility.

Venezuela: Suspend Debt Repayments and Create an Emergency Humanitarian Fund

11 March by Eric Toussaint

2019 03 12 01 VenezuelaThere is no doubt that Donald Trump’s policies, those of the Lima group [1] and the European powers who seek to impose the usurper Juan Guaidó as President of Venezuela and do not hesitate to interfere in order to succeed, must be opposed. As usual, Washington and its allies are announcing a humanitarian crisis as a pretext for the threat of military intervention in a country that has important quantities of natural resources that they seek to grab. The trick is cheap and must be shown up for what it is. All the more so, that the mainstream media are conniving to prepare public opinion for this possibility. The situation is presented in the starkest of terms: a catastrophic dictatorial regime refuses to allow humanitarian aid to reach its needy population; whereas the self-proclaimed new President wants freedom for his people and calls for international help to release the aid that is blocked at the frontier, to the population.

Bernie Sanders Announces 2020

Run For President

2019 02 19 01 Bernie Sanders presidentΔείτε και ακούστε

το ιστορικό κάλεσμα

του Μπέρνι Σάντερς

στον αμερικανικό λαό

(19/02/2019)

Contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme

mardi 19 février 2019

2019 02 17 01 contre le racismeNous soussignés associations, partis, syndicats, indépendants, sommes toutes et tous activement impliqués dans la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. La lutte contre l’antisémitisme fait partie à part entière de notre combat antiraciste. Nous condamnons fermement les actes antisémites, qui surgissent dans un contexte social et politique particuliers.

Malgré l’ampleur du dispositif de répression policière et judiciaire déployé contre les Gilets jaunes par l’État, le mouvement continue de bénéficier d’un fort soutien populaire. Il n’est pas homogène et révèle une effervescence sociale. Face à un gouvernement déterminé à ne pas répondre aux attentes sociales, il reflète la société française et ses contradictions et a largement évolué dans ce qu’il porte depuis le mois de novembre.

GILETS JAUNES : APPEL DE LA PREMIÈRE ASSEMBLÉE DES ASSEMBLÉES / Commercy - 27 janvier 2019

2019 01 31 08 GILETS JAUNESNous, Gilets Jaunes des ronds-points, des parkings, des places, des assemblées, des manifs, nous sommes réunis ces 26 et 27 janvier 2019 en « Assemblée des assemblées », réunissant une centaine de délégations, répondant à l’appel des Gilets Jaunes de Commercy (https://www.youtube.com/watch?v=gJI5_us3RJI)

Depuis le 17 novembre, du plus petit village, du monde rural à la plus grande ville, nous nous sommes soulevés contre cette société profondément violente, injuste et insupportable. Nous ne nous laisserons plus faire ! Nous nous révoltons contre la vie chère, la précarité et la misère. Nous voulons, pour nos proches, nos familles et nos enfants, vivre dans la dignité. 26 milliardaires possèdent autant que la moitié de l’humanité, c’est inacceptable. Partageons la richesse et pas la misère ! Finissons-en avec les inégalités sociales ! Nous exigeons l’augmentation immédiate des salaires, des minimas sociaux, des allocations et des pensions, le droit inconditionnel au logement et à la santé, à l’éducation, des services publics gratuits et pour tous.

Catalunya:

Alargar la excepción para impedir la solución

David Fernández

2019 01 18 01 David FernandezAño nuevo con las viejas excepciones de siempre, la agenda política catalana arrancará en breve, a la sombra prevista de un 22 de enero marcado en rojo en el calendario y bajo los compases del mayor juicio político revivido en Catalunya desde las postrimerías franquistas.

Días de enero y silencio en la sala, se juzgará por rebelión a nueve hombres y tres mujeres: la presidenta encarcelada del Parlament, medio Gobierno catalán entre rejas y los dos portavoces presos de los dos mayores organismos civiles y sociales, Ómnium Cultural y la ANC. Ahí es nada, solo en falsa apariencia demofóbica: en realidad, a quien obligan a sentarse en el banquillo de los acusados es a la mayoría social catalana y al derecho de autodeterminación. Pretenden condenar a unos pocos, sí, pero para sentenciar a unos muchos. Como mínimo, proceso al procès, a la dignidad de dos millones de catalanes y catalanas, aunque la afectación ejemplarizante impactará en toda la sociedad. Manuales represivos que triunfan en corto pero fracasan en largo, el Estado español ya ha asumido que la hipotética victoria sobre el independentismo solo se puede forjar sobre el órdago de la devaluación democrática, la regresión represiva y la degradación judicial, aunque Estrasburgo lo tumbe dentro de unos años. Santiago y cierra España, que ancha es Castilla. Patadón y pa’lante.

The far right: A global phenomenon

 by Michael Löwy

Michael LöwyIn recent years, the reactionary, authoritarian and/or fascist extreme right wing has been in the ascendant all over the world: it already governs half of the world’s countries. Among the best-known examples are: Trump (United States), Modi (India), Orbán (Hungary), Erdoğan (Turkey), Daesh (Islamic State), Salvini (Italy), Duterte (Philippines), and now Bolsonaro (Brazil). But in several other countries we have governments close to this trend, even if they do not have such an explicit definition: Russia (Putin), Israel (Netanyahu), Japan (Shinzō Abe), Austria, Poland, Burma, Colombia and so on. In fact, the distinction between these two groups is completely relative.

La révolte étudiante bouscule le pouvoir en Albanie

 Par Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin  (Mediapart)

Jamais les universités albanaises n’avaient connu de telles mobilisations. La hausse annoncée des droits d’inscription a fait exploser une colère sociale protéiforme. La contestation étudiante remet en cause non seulement la démocratie bloquée par le clientélisme, mais aussi les politiques néolibérales appliquées par les principaux partis.

Tirana (Albanie), correspondance. - Tout a commencé le 4 décembre à la faculté d’architecture et d’urbanisme de Tirana, mais dès le lendemain, 15 000 étudiants manifestaient dans les rues de la capitale albanaise, avant que le mouvement ne s’étende aux autres villes du pays. L’introduction de frais spécifiques pour l’inscription aux examens de rattrapages a servi de déclencheur à l’expression d’une colère qui couvait depuis longtemps.

Très vite, les revendications se sont élargies, les étudiants réclamant une baisse des droits universitaires – dont le montant varie actuellement de 160 à 2 560 euros par an, dans un pays où le salaire moyen atteint péniblement 350 euros par mois. Ils exigent aussi une augmentation du budget public de l’éducation, des investissements dans les laboratoires et les bibliothèques, une rénovation des universités et des résidences étudiantes, une plus forte représentation des élèves dans les instances universitaires ou encore la démission des enseignants corrompus. Le 11 décembre, plus de 20 000 étudiants étaient rassemblés devant le ministère de l’éducation pour la plus grande manifestation qu’ait connue l’Albanie depuis la chute du régime stalinien, en 1991.20181223

Appel : Amplifions les mobilisations pour la justice sociale et climatique

20181212

Apparu pour refuser une augmentation inique des prix des carburants, le mouvement des gilets jaunes a mis dans le débat public l’ensemble de la politique sociale du gouvernement et des politiques néolibérales mises en œuvre par les gouvernements successifs depuis de décennies. Il a affirmé avec force le lien entre la question sociale et écologique : la nécessaire transition écologique ne peut se faire sur le dos de la majorité de la population. Ce mouvement est maintenant porteur d’une exigence démocratique fondamentale : ce n’est pas à une petite minorité de privilégiés de décider de l’avenir de toutes et tous.

La répression intense n’a pas empêché la mobilisation. Macron doit céder ! -Communiqué NPA

Samedi 8 décembre 2018, 20:09

2018 12 09 01 Gilets jaunes mobilisationCes derniers jours, le pouvoir avait cherché à faire monter chez touTEs un sentiment de panique, parlant de « volonté de tuer », par crainte d’avoir à affronter aujourd’hui une nouvelle journée de forte mobilisation. Il avait même interdit certaines manifestations, comme la marche pour la justice climatique de Rouen. Peine perdue, malgré une répression que l’on a jamais connue, le mouvement des gilets jaunes a pour cette quatrième journée traversé une nouvelle fois tout le pays.

Besancenot: "J'appelle à la mobilisation générale... pour l’état d'urgence social et écologique"

Olivier Besancenot face à Jean Jacques Bourdin sur BFMTV- 07/12/2018

2018 12 07 04 Gilets jaunesBesancenot cite Dom Hélder Câmara,évêque catholique brésilien, connu pour sa lutte contre la pauvreté :

2018 12 07 03 quote

 

 

 

 

 

Gilets jaunes : apprendre de l’histoire et agir dans le présent

Des propositions à ceux et celles qui luttent

5 décembre par Eric Toussaint

2018 12 07 01 Gilets jaunesCertains estiment que lorsqu’on engage un mouvement contre une taxe (instrument censé être redistributif, en théorie du moins) plutôt que pour l’augmentation des salaires (au sens large, sécurité sociale comprise), on se retrouve dans un mouvement de droite. La réalité est bien différente : bien des mouvements révolutionnaires ont éclaté parce que le poids d’impôts considérés comme injustes était devenu insupportable pour la majorité du peuple.

Le démarrage de la révolution française a été marqué par le rejet de la politique injuste de la monarchie au niveau fiscal. La majorité de la population était soumise à une charge d’impôts énorme et totalement inéquitable puisque la noblesse et le clergé ne payaient pas d’impôts. Pourquoi la monarchie augmentait-elle les impôts ? Pour rembourser la dette publique empruntée aux bourgeois, dette publique qui servait les intérêts du régime sans prendre en compte les besoins de la population.

Gilets jaunes : premier recul du gouvernement, le mouvement doit pousser son avantage-Communiqué NPA

mise à jour Mardi 4 décembre 2018, 19:03

2018 12 04 01 Gilets jaunesÉdouard Philippe tente d’éteindre le feu que le gouvernement a lui-même allumé. En annonçant ce matin la suspension pendant six mois d’une hausse de la taxe sur le carburant, il signifie qu’il va revenir à la charge dans six mois, car suspension ne veut pas dire renoncement. Ces mesures sont loin de répondre à la colère des classes populaires ni à leurs revendications contre la vie chère et l’injustice fiscale, car la contestation est bien plus globale, comme le montre le mot d’ordre de « Macron démission ! » largement repris dans le mouvement. Ce pouvoir est illégitime et il ne s'en sortira pas avec quelques mesures très limitées et temporaires...

Olivier Besancenot: Gilets Jaunes, une authentique révolte populaire!

2018 12 02 02 Olivier BesancenotOlivier Besancenot invité à "On n'est pas couché", en défense du mouvement des Gilets Jaunes: Pour la grève générale, que tout le monde tire les rideaux!

 

 

 

Gilets jaunes : continuer la mobilisation contre la vie chère - Communiqué NPA

Samedi 1 décembre 2018, 19:29

2018 12 02 01 MontreuilDes dizaines, peut-être des centaines de milliers de personnes, ont manifesté aujourd’hui dans toute la France contre la vie chère et contre le gouvernement, notamment aux cris de « Macron démission ! ».

L’ampleur de la mobilisation, malgré la répression policière, malgré la météo, montre la détermination des classes populaires de tout le pays, le ras le bol face à l'augmentation des taxes, de la CSG, alors que l'ISF a été supprimé et que les possédants redoublent d'arrogance. Les affrontements qui ont eu lieu sont de la responsabilité du gouvernement qui, avec les gazages, les canons à eau et les coups, a voulu empêcher les manifestants d’accéder aux Champs-Élysées. Ces violences d’État sont l’illustration de l’obstination de Macron à ne pas répondre aux revendications populaires, d'un gouvernement qui veut maintenir l'augmentation de la taxe carburant, de l’électricité, tout en promettant « des mois de concertation »... La politique menée par Macron et ses prédécesseurs est aujourd'hui massivement rejetée comme ce qu'elle est : une politique de classe au profit des plus riches, des « premiers de cordée » comme Carlos Ghosn, au détriment des revenus et des emplois des classes populaires. Et le fait que ce soir, c’est le ministre de l’Intérieur Castaner qui est chargé de répondre aux manifestants à la télévision en dit long...

Sur les champs des gilets

Par samizdat

2018 11 27 01 Paris 01Après avoir longtemps hésité à rejoindre le mouvement des Gilets Jaunes à Paris en ce 24 novembre, j'ai fait le choix d'aller sur le terrain pour toucher au plus près cette réalité si complexe et mouvante.

Le mouvement des gilets jaunes divise au sein des forces progressistes et révolutionnaires. La journée du 17 novembre aura conforté celles et ceux qui y voient un mouvement régressif et quasi contre révolutionnaire, avec de multiples actes racistes, sexistes et homophobes.

Après le 17 novembre, prolonger la colère contre Macron et le gouvernement des riches - Communiqué du NPA

Dimanche 18 novembre 2018, 09:24

2018 11 17 01 NPALe constat est sans appel, le gouvernement le reconnaît lui-même : aujourd’hui, près de 300 000 gilets jaunes sur les routes et dans les rues, et plus de 2000 blocages ou rassemblements. Même si la droite et l’extrême droite ont voulu se faire les porte-parole de cette colère, si Macron en a profité pour afficher le chiffon rouge du poujadisme et a voulu faire taire par certains endroits la contestation à coup de matraques et de lacrymo, la réalité est bien concrète : c’est une politique de classe, une politique au service des riches, qui a été dénoncée aujourd’hui.

How did the first world war actually end?

by Paul Mason

01 first world war endJournalist Paul Mason poses the question of how World War I actually ended, as this question is being roundly ignored amidst the often revisionist and pro-war centenary commemorations.

Quiz question: why did the first world war end? We’re about to witness a commemoration in which the human preference for restraint and dignity will be under pressure from the televisual tendency for wittering on without knowledge or feeling.

So one crucial piece of knowledge should be, for schoolchildren and for TV presenters alike: how and why did it actually end?