En souvenir d'Ahmed Ben Bella, 1er président de l'Algérie indépendante, décédé le 11 avril 2012 à l'âge de 96 ans

par Eric Toussaint

Ahmed Ben Bella a passé 18 ans de sa vie en captivité, 6 ans dans les geôles française (1956-1962) et 12 ans en Algérie après son renversement le 19 juin 1965 par un coup d'Etat militaire  dirigé par le colonel Houari Boumedienne.
Je voudrais, sans recul, très  rapidement mentionner quelques souvenirs personnels. A plusieurs reprises, j'ai rencontré Ahmed Ben Bella entre 1994 et 2005.


La première fois, c'était à Genève en 1994 lors d'une conférence publique où je prenais la parole sur la question de la dette du tiers-monde. Il est intervenu  depuis la salle sans aucune formalité et a centré son intervention sur la nécessité de lutter pour l'annulation de la dette du tiers-monde. Notre premier contact en tête à tête remonte à l'année 2001 je crois. Il m'avait invité à un souper avec son épouse Zohra pour discuter de l'action menée par le CADTM. Il m'a dit qu'il appréciait beaucoup les publications de notre comité et qu'il voulait  que celles-ci soient à la disposition de la jeunesse arabe en Afrique du Nord. Il m'a également déclaré qu'il essayait de convaincre Hugo Chavez (qui présidait le Venezuela depuis 1999) de reprendre le thème de l'annulation de la dette. En janvier 2002, nous  nous sommes retrouvés à Bamako pour participer au 1er Forum social africain. Ci-joint une photo prise à cette occasion. De gauche à droite, Zohra, l'épouse d'Ahmed Ben Bella, Eric Toussaint, Victor Nzuzi, du CADTM RDC, et Ahmed Ben Bella (photo prise par Denise Comanne). Ahmed Ben Bella était très attaché au combat panafricaniste pour la réalisation d'un projet socialiste. Il avait été lié avec Modibo Keita le premier président du Mali indépendant entre 1960 et 1968 (renversé par un coup d'Etat militaire et finalement  assassiné en détention en 1977) et nous en avons parlé lors de ce séjour à Bamako.

 2012-04-12_A.-Ben-Bella-Zohra-Eric-Victor-Bamako-2002

Plus tard, en 2004, lors d'une autre rencontre, il a proposé de soutenir financièrement la traduction et l'édition en arabe de mon livre La Bourse ou la Vie (la traduction a été réalisée par Randa BAAS et Imad Chiha, militants syriens en contact étroit avec le CADTM. Imad a passé plus  de 15 ans dans les prisons d'Hafez el-Assad, le père de l'actuel président, et le livre est paru en 2006 chez un éditeur indépendant syrien).

Nous nous  sommes revus à Caracas. Il m'a confié qu'il espérait que l'expérience de Chavez dépasse le champ des discours, aille au-delà des réformes en cours et permette un authentique changement démocratique et révolutionnaire.
En septembre 2005, il allait avoir 90 ans, il m'a invité à me rendre en Algérie à Tlemcen (dans sa région natale en Oranie) où l'université avait décidé de créer une chaire Ben Bella. Il m'avait demandé de donner une des conférences officielles à l'occasion de la création de la chaire qui porte son nom. Je me souviens de son intervention lors de l'inauguration officielle: il critiqua vertement le programme officiel de l'université car il véhiculait le discours capitaliste, l'idéologie néolibérale. Les autorités académiques n'avaient pas apprécié. Nous avons discuté des heures de ses activités passées: son amitié pour Che Guevara qui séjourna à Alger pendant sa présidence et y prononça un discours vibrant en février 1965 (Voir: www.dailymotion.com/video/xlqxnn_video-actu-discours-du-che-a-alger-la-bestalitie-de-l-imperialisme_news ) où il dénonçait les crimes de la Belgique et de la France dans leur ex-colonies et critiquait l'attitude de l'Union soviétique. Il me conta aussi ses efforts pour développer (notamment avec le concours de Michel Raptis, dit Pablo) l'autogestion en Algérie entre 1962 et son renversement en 1965. Il me parla aussi de ses rapports difficiles avec le président soviétique N. Khrouchtchev, avec B. Tito et bien d'autres.
Il était très amoureux de son épouse Zohra et me vanta l'extrait d'Aloé Vera qu'elle produisait elle-même et qui était un des secrets de leur bonne santé à eux deux. Quelle ne fût pas ma surprise quand une semaine plus tard alors que j'étais rentré en Belgique depuis quelques jours, je reçus 4 litres d'extrait d'aloé vera avec un petit message d'accompagnement de Zohra et d'Ahmed Ben Bella me souhaitant une bonne santé.

Avec Ahmed Ben Bella disparaît un grand militant du combat pour l’émancipation des peuples et pour le socialisme autogestionnaire.

Liège, le 12 avril 2012

Eric Toussaint
www.cadtm.org
345 Avenue de l'Observatoire
4000 Liège
Belgique

scroll back to top